La Bélogue

La lutte contre le chômage est une escroquerie intellectuelle

Un article de Actuchômage.org
dimanche 10 juillet 2011 par INVITES

Vous estimez que la lutte contre le chômage n’est, visiblement, pas la priorité de ceux qui nous gouvernent ? Vous vous étonnez qu’il n’y ait, sur ce point et depuis si longtemps, jamais de projet qui tienne la route et vous vous demandez pourquoi ? Pour vous qui venez de perdre votre emploi et goûtez aux joies de la précarité tant vantée par Laurence Parisot, voici la réponse : Sachez, que le chômage est voulu et planifié car il est un outil économique indispensable au bon fonctionnement du système ultralibéral mondialisé dans lequel nous vivons.

Outre maintenir sinon accroître la rentabilité des entreprises et réjouir les boursicoteurs et autres rapaces de la finance, le chômage a deux propriétés inavouables :
• faisant pression à la baisse sur les salaires, il permet de contenir l’inflation ;
• affaiblissant le salariat par la crainte qu’il suscite, il l’oblige à accepter des emplois de moins en moins dignes, subir des conditions de travail dégradées, etc… et permet de dérèglementer le travail.

Contenir l’inflation

Le grand public a souvent entendu parler du chômage « structurel », « conjoncturel », voire « frictionnel », mais il n’a jamais entendu parler du « chômage non accélérateur d’inflation » ou NAIRU (Non Accelerating Inflation Rate of Unemployment dans sa version anglo-saxonne).

Bien connu des économistes, ce paramètre - inventé par deux pontes de la Banque Centrale Européenne - figure dans les glossaires de ceux qui nous dirigent. Sa définition est : taux de chômage en deçà duquel les salaires s’accélèrent. Puisque l’augmentation des salaires provoque celle de l’inflation, il est recommandé d’avoir un taux de chômage stable et durable que l’on peut noyer/escamoter dans le chômage dit « structurel » : chômage ne pouvant être résorbé par la seule croissance du PIB.

Tout cela se tient. Vous avez certainement remarqué qu’à la fin des années 80 on a commencé à parler de « chômage de masse ». Effectivement, depuis trois décennies, notre taux de chômage n’est jamais descendu en dessous de 7%, ce qui n’est pas un hasard. L’inflation galopante des années 70, considérée comme « néfaste pour l’économie », avait laissé un cuisant souvenir à nos élites... La maîtrise de l’inflation est donc devenue leur grande obsession. De même, c’est depuis les années 80 que le capitalisme s’est financiarisé, que la part des salaires dans la valeur ajoutée a chuté au profit du pouvoir actionnarial et que la croissance est devenue, elle aussi, une obsession pathologique, avec les conséquences que nous connaissons aujourd’hui.

Dérèglementer le travail

Lire la suite de cet article sur le site actuchomage.org


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 88 / 218165

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Bloc notes d’Antoine Sereine  Suivre la vie du site Travailler tous pour gagner tous   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License