La Bélogue

En avril, les jardins s’éveillent de la nuit hivernale

mardi 11 avril 2017 par Paul FAICHE

En avril, l’atelier de textes se découvre d’un fil ; on y parle de jardins, des vrais comme des secrets (Axelle Red) .

Mon jardin


Eté comme hiver
le jardin est exposé
Au temps et à l’air,
A l’air du temps.

Le jardin offre
Sa vue à la maison,
Ouverte et confiante,
Et pénètre au plus profond.

Fraichement tondue,
La pelouse donne au regard,
L’air d’un océan au repos,
L’air d’une mer apaisée,
Et le conduit au bout du monde.

A la sortie de l’hiver,
Le forsythia est le premier arbuste
A prendre ses couleurs.
Paquerettes, crocus et muscaris
S’exposent sans crainte
Aux rayons d’un soleil bienveillant.
Les arbres bourgeonnent.

C’est le printemps, le temps de la renaissance.

Blasphème Printanier

Le Printemps domine Rio de Janeiro, comme sa statue du Christ Roi domine la baie homonyme.

La sève, engourdie le temps de l’hiver, retrouve ses esprits ; elle monte, s’étend sur la terre, et vient chatouiller les pieds de la statue. Lassé d’exposer sa crucifixion et sa souffrance, le Christ Roi dégourdit ses jambes de leur longue immobilité, hume l’air frais et trouve que cela est bien ; la statue descend de sa colline pour en rejoindre une autre, voisine, et contempler la baie aux couleurs du printemps.

Aux dernières nouvelles elle serait en ville, incognito, pour gouter la tequila, et se mêler au carnaval des humains. Les médias s’inquiètent et glosent sur sa disparition inexpliquée du Golgotha local, et spéculent sur les signes du temps.

Je ne sais pas

Je ne sais pas :
- M’arrêter de piquer dans les Amarettis exposés à ma vue.
- Rire et chanter en me levant le matin
- Marcher à l’aube dans le jardin,
- Jardiner.

Tondre, je sais !
Mais l’âge venant,
Je ne suis plus pratiquant.

Je ne sais pas si cela plaira.
Tant pis !
C’est dit.




Une
Marguerite

Et ses 8 pétales,
Liberté, Amitié, Rêve,
Tilleul, Quetschier, Cerisier, Bouleau.

Mon rêve de Liberté
S’appelle Tilleul.
Planté en 1989, à la Saint Sylvestre,
Une nuit d’anniversaire et de Révolution.

Quetschier, Bouleau et Cerisier
Sont signes et arbres
D’Amitiés et Paternités.

Acrostiche

J Je vais au jardin,
A Avec mon seau et ma pelle.
R Rarement j’arrose.
D D’habitude je tonds,
I Impatient de tout raser, toujours, je suis
N N’en déplaise aux paquerettes qui renaissent au rythme des coupes

Paroles de Jardin Secret
(A.Red / A.Red, Lester Snell)

cachons-nous ici cette nuit
tant que la tempête soufflera
loin de tout à l’abri
on ne nous trouvera jamais
je te confierai un secret

et lorsque demain l’aube se pointera
avec sa rosée fraîche sur nous
PUBLICITÉ

je t’emmènerai dans des endroits
dont tu ne rêvais même pas

étrange
comme si
t’avais toujours vécu
dans mon jardin
tu peux être toi
ne crains rien
puisque je te connais déjà
cachons-nous ici dans mon jardin
cette nuit

on vivra d’amour et d’eau pure
on sera tellement proche, nature
on laissera le vent rager
les fleurs nous entourer

un peu
comme si on avait
toujours vécu
dans ce jardin
oui on peut être nous
ne crains rien
puisque on le garde secret
ici sera notre cachette

et quand le monde ne nous plaît pas
que personne ne nous comprend
on reviendra s’y ressourcer
on reviendra se ressourcer
dans mon jardin secret

tout tu peux me raconter
tu peux me faire confiance
puisque tu sais
je te connais déjà
cachons-nous ici
dans mon jardin cette nuit


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 100 / 223139

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Chez Margot, l’atelier d’écriture   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License