2017 - Babord Toute

Le peuple de gauche pris en otage

mercredi 5 octobre 2016 par INVITES

Toutes les études le montrent. Tous les sondages, si l’on en fait la synthèse, si l’on regarde leurs évolutions dans le temps, plutôt que de se réjouir ici ou là de ce qu’il signifie à l’instant présent, aboutissent au même constat : seul un rassemblement élargi des forces de gauche certifie une qualification au second tour. La gauche toute entière représente aujourd’hui sans doute moins de 40% des voix.

Or, si l’on en croit les candidats potentiels qui s’expriment aujourd’hui, il n’y aurait pas moins de 5 ou 6 candidats se réclamant des valeurs de gauche sur la ligne de départ : un candidat PC, un EELV, un FG, un PS, un du centre, auxquels il faut ajouter les candidats de LO et de la LCR….

Dans cette configuration, aucun, quelque soit sa notoriété, son ambition, sa volonté, sa modernité ou son ancrage, n’a une marge de progression suffisante pour atteindre un score qualificatif. Aucun n’atteindra, même dans la plus optimiste des projections, un score supérieur à 18%, aucun !

Tous ceux qui, aujourd’hui, se rêvent roi de la gauche ne peuvent l’être que de façon très éphémère ; ils ne seront jamais président de la République. Aucun candidat ne sera en mesure de se voir soutenu par ses camarades adversaires du premier tour. La gauche aura explosé. Il ne servira alors à rien de désigner un responsable, de montrer du doigt de potentiels coupables, de revendiquer un leadership, la rupture sera consommée et la division durable.

Si tous ceux qui réfléchissent à leur candidature avaient la noble ambition de servir le peuple, la raison s’imposerait d’elle-même. Au lieu de cela, nous assistons à une surenchère de lutte armée, d’égos surdimensionnés où chacun semble camper sur ses positions.

L’ambition serait-elle au dessus de l’intérêt du peuple ?

Quel que soit le nom de celle ou de celui qui représentera le camp d’en face, LR ou FN, on sait aujourd’hui la teneur des programmes. On sait ce qu’ils contiennent de dérive identitaire, de dérives conservatrices, de dérives réactionnaires. On sait ce qu’ils provoquent de nos valeurs. On sait la fuite en avant de ce libéralisme financier que nous abhorrons. On sait ce que seront les conséquences tant au niveau national qu’au niveau Européen, voire mondial.

L’élection présidentielle de 2017 se fera-t-elle au détriment du peuple ?

Il n’y a pas de fatalité. Un sursaut est toujours possible. La gauche en a même le secret. C’est lorsqu’elle est au pied du mur qu’elle se solidarise, qu’elle se retrouve. Nous y sommes.

Posons-nous donc la question du rassemblement avant de se poser la question du rassembleur. A l’ambition d’un seul, substituons l’ambition collective d’un peuple. Y-a-t-il un homme ou une femme providentiel ? L’avenir le dira mais nous ne pouvons pas attendre. La providence est en nous, dans un projet d’avenir, dans un projet commun… dans un projet… pas dans une suite de propositions, d’idées individuelles qui ne font même pas un programme.

L’obstination individualiste correspondrait à une prise en otage du peuple à qui l’on voudrait faire payer la rançon….

Ce serait le livrer au pire des scénarios.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 55 / 10764

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Appels à l’unité à gauche   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License