2017 - Babord Toute
Campagne du candidat président

Tout sera dorénavant comme auparavant ... et peut être même pire - ll

jeudi 19 avril 2012 par Paul FAICHE

Après avoir distillé en goutte à goutte des propositions, Sarkozy, le candidat président, a présenté un programme de 32 propositions. Celles ci restent anecdotiques et sans vision nouvelle aucune. Nulle leçon n’est tirée de l’échec de son quinquennat ; Sarkozy continue, masqué, sa croisade pour rançonner les français. De plus, rien ne figure dans ce programme présidentiel qui apporterait les régulations indispensables au fonctionnement de la finance. Etonnant, non ! La question est tue. Et, bien au contraire 1/3 des propositions vont aller directement, sans tambours ni trompettes, alimenter la dette nationale et les profits de la finance.

Si l’on peut considérer qu’une dizaine de propositions pourrait être reçue favorablement par les français, il n’en reste pas moins que, d’une manière ou d’une autre, une vingtaine d’entre elles vont présenter des conséquences néfastes et indésirables pour les français et approfondir le malaise national.

Donc, 7/20 au plus pour ce devoir républicain, et ce commentaire « Ne comprend pas grand chose »

- 11 propositions vont « couillonner » (c’est de Villepin qui le dit) les salariés, les jeunes et le reste des français (du bas, essentiellement)
(1, 2 3, 4, 6, 7, 8, 18, 19, 27, 30)
- 7 propositions augmenteront le trou de l’état
(6, 21, 22, 23, 24, 27, 28, 31)
- 6 propositions augmenteront les profits bancaires
(16, 19, 20, 27, 28, 31)
- 5 propositions augmenteront le trou de la sécu
(4, 6, 10, 21)
- 5 autres propositions augmenteront la violence par le retour de la vengeance (25,26) en guise de justice et la chasse au migrant et à l’étranger (22,23,24) en guise de fraternité
- 1 proposition OVNI, la 11, va mettre au chômage un normalisateur sur deux.

Encore un programme qui ruisselle vers le haut, comme en 2007

Certaines de ces propositions (dont la fameuse proposition 16 sur le paiement au premier du mois des retraites) viennent augmenter à la fois le trou de l’état et les profits de la finance et tout cela est bien normal.

C’est un fonctionnement conforme à la règle néo-libérale bien connue comme quoi l’état est là, d’abord, pour servir les plus riches, les plus entreprenants, pour mettre en place et se faire le gardien des règles du ruissellement, puis pour ruisseler sur la finance qui ruissellera vers ... qui lui même ruissellera ..., et, enfin, dernier devoir de l’état néo-libéral, parquer les exclus du ruissellement, s’en occuper à minima, et les laisser vivoter. [1]

Ainsi la proposition 7, qui contraint les galeux de RSA-istes à fournir (gratos ?) 7 heures de travail d’intérêt général, est-elle un nouvel élément du « bouclier anti-richesse » que le premier quinquennat de notre « génie des carpathes » a édifié avec constance et persévérance. Ce « bouclier anti-richesse » est en cours de renforcement, ce qui devrait se poursuivre lors du prochain et hypothétique quinquennat de notre bien éclairé et bien aimé candidat président.

Il en est de même des propositions 22, 23 et 24, qui alimentent le dispendieux contre-tourisme migratoire, objet des obsessions du clan des sarkoziens et de son chef, lesquels « aliments » se retrouveront bien évidemment en finale dans les coffres de la finance.

« God save Gallica » comme diraient les anglo-saxons !

Dernières nouvelles de la campagne, rien n’est perdu pour les sarkoziens. Ah ! bon ?

Selon les dernières informations de la campagne, la France serait sauvée grâce à une nouvelle pirouette de notre candidat président qui s’est décidé à voter Hollande dès le premier tour, pour lui piquer son électorat et ses propositions relatives à la croissance et au rôle de la BCE. On s’attend d’ailleurs que, d’un instant à l’autre, pris par le virus de la compétitivité, il pique aussi le programme de Mélenchon.

La France serait aussi dit-on, dès le prochain quinquennat, sauvée de cette affreuse égalité des temps de parole qui donnent à un Cheminade ou à un Poutou, le même temps de parole qu’au président himself.

Vous y croyez vous ?

Qu’est ce que c’est que cette démocratie et cette république qui ne reconnaissent pas l’importance de l’important ?

Vous voudriez que je n’accorde pas de l’importance à l’important ? Ne comptez pas sur moi. Il y a là une réforme à entreprendre, une rupture à accomplir, encore du boulot pour moi qui suis très expérimenté. Aidez moi !

Et pendant que le candidat président mentait, flinguait et sauvait à droite et à gauche, plus vite que son ombre, pendant qu’il jouait au marsupilami bondissant et cognant à travers toute la France, se déglinguait déjà l’Europe qu’il prétendait avoir sauvée pourtant il y a peu.

On complotait, à Berlin même, où l’on entendait l’économiste Paul Krugman déclarer « que les leaders européens sont en train de provoquer le suicide économique de l’ensemble du continent européen. »

Tout va très bien Madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien.
Pourtant, il faut, il faut que l’on vous dise, on déplore un tout petit rien :

Un incident, une bêtise, l’incendie de la Merkozie, mais, à part ça, Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien.

On peut aussi consulter « Mentir plus pour durer plus », ou « la complainte du président sortant » ici

[1Le ruissellement est un concept de l’idéologie néo-libérale expliquant que l’enrichissement des gens du haut va nécessairement se propager vers les gens du bas, par gravité en quelque sorte.

Cette idéologie sert de justification à tous les pillages de la richesse publique produits par les croisés néo-libéraux. Le hic, c’est que l’on constate, depuis plus de 30 ans, que l’enrichissement ruisselle en fait vers le haut, exacerbant les inégalités, un peu à l’image de ces saumons qui remontent les rivières pour aller sur les lieux de leur reproduction et de leur fin. Bien évidemment, ce détournement du ruissellement théorique, est le fait des pauvres. Salauds de pauvres ...


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 224 / 10473

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Mensonges et arnaques de campagne   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License