2017 - Babord Toute
Pour en finir avec les lieux communs et les contre-vérités

On ne peut plus dire que ...

Analyses de la Nouvelle Gauche
samedi 10 décembre 2011 par Antoine SEREINE

Sur les affirmations et réfutations présentes sur le site de Nouvelle Gauche, dans la rubrique "On ne peut plus dire que", une petite dizaine d’entre elles est relative aux questions sur le travail et le chômage, au coeur de la crise actuelle. Ces réfutations répondent aux croyances néo-libérales et au catéchisme infiniment répété de la droite sarkozienne. Ce sont : • les 35 heures n’ont créé aucun emploi. • il faut travailler plus pour gagner plus. • les Français travaillent moins que leurs voisins. • la solution au chômage, c’est la croissance. • le coût du travail est responsable du chômage. • les générations nombreuses qui sont nées après la guerre vont partir à la retraite, et cela va provoquer une baisse du chômage. • le chômage a baissé sous la droite. • la droite et la gauche, c’est pareil.

le coût du travail est responsable du chômage

La comparaison du coût du travail et des taux de chômage des autres pays prouve le contraire. Le taux de chômage en Espagne est plus élevé qu’en France alors que le coût du travail y est bien plus faible. La Suisse est dans la situation inverse : coût du travail supérieur, taux de chômage inférieur.
De plus, on a constaté, qu’à partir de 1974, la destruction des emplois et la montée du chômage de masse, la destruction de l’industrie, la destruction de l’agriculture, et la destruction de la croissance sont liés à la politique de libre-échange mondialiste poursuivie par l’Organisation européenne. Cette évolution s’est consolidée dans les années 80 avec la fin des politiques européenne de préférence communautaire liée à l’intégration de la grande Bretagne et au passage de l’europe des 6 à l’europe des 27 accompagnés de l’ouverture à tout vent des marchés européens.

la solution au chômage, c’est la croissance

Depuis maintenant 60 ans, la croissance moyenne en France ne cesse de diminuer pour être de l’ordre du 1% par an en 2011, nous sommes en récession.


Pour créer des emplois en France, les économistes s’accordent à dire qu’il faut faire plus de 3 points de croissance. Or depuis de nombreuses années, nous n’y arrivons plus. Nous ne sommes pas les seuls.

Au japon, malgré un investissement massif dans la recherche et l’innovation (plus de 3% du PIB), le pays ne sort pas d’une situation de croissance molle.
Les progrès techniques contribuent plus à l’augmentation de la productivité qu’à l’émergence de nouveaux domaines d’activité. Le développement durable est une poche de croissance et d’emplois mais il ne peut être le seul remède au chômage de masse.

La relance de la croissance ne peut donc constituer la seule stratégie de résorption du chômage.

les générations nombreuses qui sont nées après la guerre vont partir à la retraite, et cela va provoquer une baisse du chômage

En allongeant la durée des cotisations, ceux qui devaient partir en retraite et laisser leur place, ne partent pas et ne laissent pas leur place. Non seulement la population active ne va pas diminuer, mais elle va augmenter pendant encore quelques dizaines d’années. « La population active ne baissera ni en 2007 ni les années suivantes. Le nombre total d’actifs devrait augmenter fortement jusqu’en 1015 puis augmenter encore, plus doucement jusqu’en 2050. La population active devraient augmenter de 900 000 personnes » d’après l’I.N.S.E.E.

Ceci n’est en rien favorable à la baisse du chômage, qui au contraire, augmente depuis 2007 pour atteindre en 2011, 5 millions de chômeurs voire 6 Millions, si l’on prend en compte le chômage caché. Voire le site Chômage Land pour connaitre les derniers chiffres.

Apparait ici clairement l’incohérence des politiques économiques sarkoziennes sur les retraites qui se sont alignées sur les préceptes néo-libéraux européens issus du toujours à l’oeuvre « Consensus de Washington »

il faut travailler plus pour gagner plus

« Travailler plus pour gagner plus » est l’ambition la plus stupide et la plus néfaste que la droite sarkozienne ait pu mettre en place. Dans un pays où la production nécessite de moins en moins de travail humain, faire « travailler plus » ceux qui ont déjà du travail, c’est à l’évidence accentuer l’exclusion de ceux qui n’en ont pas.

Cette expression n’aurait eu de sens que si elle avait été dite et entendue non comme une interpellation individuelle des français mais comme une interpellation collective de tous, c’est à dire adressée à la france : "travailler tous pour créer plus de richesses et gagner tous", eut été une forme plus acceptable.

Ceci implique de réduire le temps de travail, de fermer les heures supplémentaires, de développer et protéger une économie locale, de revoir ses circuits de financement pour les rendre plus efficaces.

les Français travaillent moins que leurs voisins

Nous ne sommes pas le “pays qui travaille le moins”. La durée moyenne du travail (tout emplois confondus) est de 29,9 heures aux Pays-Bas et 31,9 heures en Grande-Bretagne, contre 36,1 heures en France.
Quant aux USA la durée moyenne du travail est tombée à 33,7 heures (sauf dans l’industrie ou ma durée moyenne du travail est proche de 41 heures, mais l’industrie représente moins de 20% des emplois). Dans les services, le nombre de petits boulots est tel que la durée « totale » est plus proche de 33 que de 35 heures. Les USA ne connaissent donc pas le plein emploi à plein temps, ils s’en éloignent un peu plus chaque année. Tous nos pays vont en moyenne vers 30 heures par semaine. Dans tous nos pays, on a amélioré la productivité, dans tous nos pays on a besoin de moins de travail pour produire plus. La question est de savoir si on y va par de la précarité, comme aux Etats-Unis ou au Japon, ou par un mouvement bien négocié. En passant à quatre jours, l’entreprise n’augmente pas ses coûts de production.

les 35 heures n’ont créé aucun emploi.

Les 35 heures ont créé entre 300 000 et 350 000 emplois. C’est mieux que le bilan de la droite (les 200 000 emplois Borloo sont en moyenne à 15 heures par semaine), mais ce n’est pas suffisant pour traiter le chômage de masse.

Avec la première loi Aubry, les accords 35 heures ont permis de créer des emplois en donnant une vraie RTT aux salariés, et sans abîmer l’entreprise. Hélas, avec la deuxième loi Aubry, qui a concerné la majorité des salariés, on pouvait signer un accord 35 heures et rester à 38 h de durée réelle, et les exonérations ont coûté très cher à l’Etat, alors qu’il n’y avait aucune obligation de créer des emplois. Trente-cinq heures avec 175 heures supplémentaires cela fait l’équivalent de 38 heures et 48 minutes par semaine ! Au total, selon l’INSEE, la durée réelle du temps de travail n’a baissé que de 4 % en moyenne.

Faire baisser massivement le chômage et fermer les heures supplémentaires est la seule stratégie gagnante possible. La semaine de 4 jours renforce la sécurité des salariés et accroît leur liberté. Elle permet d’avancer vers plus de justice sociale sans sacrifier le progrès économique.

le chômage a baissé sous la droite.

Si en 2007, la tendance à la baisse s’est prolongée quelque peu, il n’a pas fallu longtemps pour que celle ci se retourne brutalement à la hausse. Fin 2011 le nombre de « chômeurs réels » sera de l’ordre de 6 Millions, alors que le nombre Officiel, très limitatif, atteindra les 3 millions. Le quinquennat Sarkozy aura créé 1 million de chômeurs.

Evolution du chômage en France de 2003 à 2011 (3° tr.)

Su ce graphe, on voit que les taux de chômage des Etats Unis et de la France divergent à partir de 1984, date à laquelle l’europe abandonne la préférence communautaire pour le libre échange. La crise financière aux Etats Unis met fin à cette divergence, et le taux américain rejoint le taux européen.

Le chômage de 1950 à nos jours, en France, dans la zone Euro, aux Etats Unis

Représentation graphique du taux de chômage américain, tel qu’il est perçu par le mouvement Occupy Wall street. Le plateau correspondant aux années de 1980 aux années 2010 correspond à l’embellie néo-libérale dont la financiarisation de l’économie a fait bénéficier les Etats Unis.

Evolution du chômage aux Etats Unis représenté par Occupy

Et en France ? Chômage record depuis 12 ans ; retour à la situation du début du siècle... Avec en novembre, selon la Dares, 4.244.800 personnes en quête de travail, en incluant les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite. C’est la 7e hausse consécutive et pour les experts cela devrait se poursuivre en 2012 sur fond de crise et de récession. On note le parrallélisme avec les Etats Unis avec quelques mois de décalage. Graphique France Culture.

la droite et la gauche, c’est pareil.

Le chômage est utile à la droite libérale. Il permet de faire baisser les salaires des jeunes et entrave les négociations salariales. Les salariés se tiennent tranquilles par peur de rejoindre le cortège des 4 millions de chômeurs. À terme, la crise aggrave les difficultés de la sécurité sociale et des retraites et permet de mettre en place des mutuelles d’assurances et des caisses complémentaires privées tout à fait lucratives.

Si la droite est si virulente avec les 35 heures, c’est qu’elle redoute de rouvrir le débat sur la réduction du temps de travail. Elle sait qu’il permettrait de rééquilibrer le marché de l’emploi et placerait les salariés en position favorable pour les négociations salariales.

Avec la suppression d’effectifs ou de budgets dans l’éducation nationale et dans hôpitaux, elle favorise le développement des cliniques, des écoles privées. La santé et l’éducation sont pour elle de nouveaux marchés. La spéculation sur la crise immobilière et entraîne l’explosion des loyers. Les produits alimentaires augmentent (avec les conséquences sur la crise alimentaire mondiale que l’on connaît). C’est uniquement en poussant les salariés et les chômeurs à s’endetter et à se sur-endetter que le libéralisme peut assurer en même temps des bénéfices colossaux à une infime minorité et une consommation élevée du plus grand nombre.

Son attaque ne se limite pas aux services publics garants de la solidarité nationale. À travers la Commission européenne obsédée par la libre concurrence au détriment de la redistribution, elle impose partout son dogme libéral par le démantèlement des protections sociales, le droit du travail. La Cour de Justice, qui multiplie les arrêts favorables au dumping social au nom de la sacro-sainte liberté d’installation, inquiète légitimement les syndicats européens. L’adoption scandaleuse du mini traité européen qui reprend point par point les mesures rejetées par le référendum national a mis fin à toutes possibilités de négociation d’ « un traité social européen ».

La droite libérale, irresponsable dans son projet de ne servir l’intérêt que des plus riches, nous mène tous à la catastrophe. La crise économique mondiale que nous traversons en est malheureusement la parfaite illustration.

Les 18 fausses assertions largement répandues et assenées par la droite néo-libérale et sa périphérie, publiées par la Nouvelle Gauche sur son site, assertions doublées d’une FAQ.

On ne peut plus dire que

1 • la France est en faillite.

2 • les 35 heures n’ont créé aucun emploi.

3 • il faut travailler plus pour gagner plus.

4 • la droite et la gauche, c’est pareil.

5 • des entreprises riches feront progresser le pouvoir d’achat des Français.

6 • l’immigration est un problème.

7 • l’on ne peut pas augmenter les salaires.

8 • les Français travaillent moins que leurs voisins.

9 • c’est la faute à la mondialisation.

10 • il faut faire des retraites par capitalisation.

11 • la solution au chômage, c’est la croissance.

12 • la concurrence et l’autorégulation des marchés est efficace.

13 • la libre circulation des capitaux est porteuse de croissance.

14 • notre système de santé n’est plus tenable.

15 • les impôts font fuir les entreprises.

16 • le coût du travail est responsable du chômage.

17 • les générations nombreuses qui sont nées après la guerre vont partir à la retraite, et cela va provoquer une baisse du chômage.

18 • le chômage a baissé sous la droite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 424 / 10764

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Mensonges et arnaques de campagne   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License