2017 - Babord Toute
Elections législatives 2017

Une majorité absolue, bien relative à la chambre

lundi 19 juin 2017 par Antoine SEREINE

Il est probable que l’élection législative de 2017, et celle présidentielle, resteront dans l’histoire politique comme exemplaire de la dérive démocratique à laquelle ont conduit les règles électorales de la cinquième République. Il ressort, de cet épisode électoral, un pouvoir politique peu légitime, le président Macron ayant obtenu l’adhésion de moins d’un quart des électeurs inscrits, et chaque député ayant obtenu en moyenne, au second tour, le vote d’un français sur 6 seulement.

70% des députés élus sont issus des classes supérieures. La Chambre nouvelle sera donc une chambre d’entre soi aristocratique et technocratique à souhait.

Heureusement Jean Lasalle sera encore là pour chanter et enchanter de sa voix d’or, citoyens et citoyennes députés, sur les travées de la chambre future.

Tout cela n’est pas de bon augure, en particulier pour les relations avec l’Union Européenne dans lesquelles les enjeux démocratiques pèsent lourds, et ont été souvent bafoués et viciés par les pratiques européennes, distantes et irrespectueuses de l’expression démocratique des peuples.

Cette chambre sera t’elle courageuse ?

Nous ne parlons pas de cette curieuse conception du courage politique dont les « réformistes » de de tous bords se parent lorsqu’ils bataillent pour le déclin, pour l’appauvrissement de l’expression des peuples, pour la croissance des inégalités, et pour l’obscurantisme libéral ...

Que reviennent les lumières disparues !

Non, nous parlons du vrai courage, de celui qui nait de l’humble connaissance des êtres et des faits, de celui qui s’élève du peuple, de celui qui maintient et émancipe les existences humaines ... de celui qui construit un pouvoir démocratique.

Nous verrons, à l’usage, comment cette majorité se comporte, si elle est capable de compréhension des enjeux et d’ouverture après la bataille électorale, si elle résiste à la frilosité de l’enfermement dans le programme d’En Marche" et à la tentation du fier martèlement des godillots en marche.

Nous verrons bien de son courage, s’il est vrai ou s’il est de ces ersatz dont est friande la société de « com ».

Le chat Jupiter

Renaissance de la Gauche

Renaitre ou périr, c’est le destin de la gauche qui n’a nul avenir dans le « ni gauche ni droite », le « Ni-NI » négationniste d’« En Marche ».

Ils étaient plus de 10 millions, les électeurs de gauche, à s’exprimer au premier tour de la Présidentielle ; ils étaient les plus nombreux dans l’arène électorale, devant « En marche », devant la Droite, devant l’Extrême Droite et pouvaient rêver de destins victorieux pour la Gauche.

Mais ils étaient divisés :
Poutou, Arthaud, Hamon, Mélenchon ... PS, FI, PCF,DvG, Eco ...
Le rêve présidentiel et près de 250 députés se sont évaporés.

En 2012, la Gauche avait tout gagné, présidentielle, législative, ... 318 députés représentant la Gauche habitaient l’hémicycle. Mais en 5 ans, tout cet héritage de la Gauche a été dilapidé. Ces 10 millions d’électeurs ont tout perdu.

Adieu présidences, Adieu députations, Adieu municipalités ... et autres couvées.

Et voilà que la Gauche se retrouve mi 2017, telle Perette après que son pot au lait s’en fut tombé, et telle la France Insoumise après que son melon ait chu dans le Styx [1].

Les voilà désormais, pour les 5 ans à venir, 79 députés à représenter la Gauche et ses différentes chapelles.

Le « dégagisme » n’a probablement pas encore accompli pleinement son ouvrage et son destin. Il existe des chapelles et des sectes, il existe des murailles, il existe des califes et il existe des désirs de calife, il existe des colères et des révoltes sans chemin, et d’autres encore dont la Gauche s’est retirée, telle l marée.

Le temps n’est pas aux lamentations des uns ou aux glorioles des autres. Chaque chapelle, chaque secte, doit prendre conscience de son isolement et de ses limites et rejoindre ses frères et soeurs, pour mener le combat de la Gauche.

La Gauche a besoin d’Assises de la Gauche, pour se rencontrer, pour se parler, pour dessiner un chemin de Gauche, tracer des limites et ordonner des oppositions de Gauche et préparer les prochains combats.

Elle n’a besoin ni des combats fratricides, ni de l’excitation épuisante des cris de coquelets.

[1Dans la mythologie le Styx est le nom donné au fleuve qui coule aux enfers. Tout s’y perd.


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 17 / 10764

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Après l’élection présidentielle   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License